Le Voisin (2)

Episode précédent : Le Voisin (1)

Samedi 13 août

Comme si ces dernières lignes étaient prophétiques, je viens de faire une rencontre aussi désagréable que providentielle. Je m’explique. Il y a encore deux heures, j’allais de l’abattement à l’excitation pathétique de l’auteur qui croit avoir trouvé un sujet génial et s’aperçoit presque aussitôt qu’il fait fausse route. J’étais devant mon écran, les doigts suspendus au-dessus de mon clavier, à la manière d’un médium qui tente de faire tourner les tables – sauf, qu’en l’occurrence, c’était plutôt moi qui tournais en rond -, quand la sonnette retentit. Longuement, de façon insistante, comme si la personne qui appuyait sur le bouton avait oublié d’en ôter sa main.

Il était près de 22 heures et je n’attendais aucun invité. Je suis casanier, et je déteste les visites surprises, surtout si tardives. C’est donc d’assez méchante humeur que je me dirigeai vers la porte d’entrée. Je l’entrebâillai, m’attendant à me retrouver nez à nez avec le mystérieux importun qui avait eu l’indélicatesse de troubler ma quiétude.

Tout d’abord, je ne vis rien. Et pour cause. Hier, l’ampoule de mon vestibule avait rendu l’âme ; dehors, le couloir était noir et le lumignon de mon salon ne portait pas bien loin. Il fallut quelques secondes à mes yeux pour s’adapter à la brusque obscurité. Comme aucun mouvement ni aucun bruit ne trahissait de présence humaine, je pensai que, sans doute, une personne s’était trompée de porte et, se rendant compte de son erreur, avait préféré déguerpir, évitant ainsi le désagrément de s’excuser auprès d’un voisin peut-être chagrin. Se pouvait-il que ma réputation de personnage taciturne fut à ce point connue ? Non, ce serait accorder trop d’ampleur à ma renommée. Mégalo, quand tu nous tiens… Je refermai donc la porte, poussai le loquet et repris, soulagé, le chemin de mon petit salon. J’avais hâte de me replonger dans le Dictionnaire historique de la langue française dont je lis quelques pages chaque soir avant de gagner ma chambre. A peine avais-je parcouru trois lignes que mon cœur fit un bond dans ma poitrine. La sonnette venait à nouveau de retentir dans le silence de cette curieuse nuit.

J’hésitai un instant, soudain pris de peur. Mon coeur battait allegro. Qui pouvait bien sonner ainsi chez moi, et, surtout, dans quel but ? Avais-je des ennemis ? Un maniaque avait-il décidé de passer à l’action ce soir ? D’ailleurs, n’était-ce pas la pleine lune ? Avais-je peur des loups-garous ?… Après cette brève bouffée délirante, je me résonnai et décidai de balayer ces idées saugrenues. Un peu de courage, que diable !

Pour la seconde fois de la soirée, je me retrouvais devant la porte d’entrée, que j’ouvris doucement. A l’extérieur, la lumière étaint toujours éteinte. Je ne distinguai rien dans un premier temps. Un mélange de crainte et de colère m’étreint. Soit on se fichait de moi, soit j’étais directement en danger. L’image d’un tueur en série tapi dans l’ombre taquinait un coin refoulé de mon esprit. J’attendis presque une minute, à l’affût du moindre bruit. Comme rien ne se passait, je risquai un pied sur le seuil, puis, étonné par tant de bravoure, le second. Encore deux pas, et j’atteindrais le bouton de l’interrupteur.

Une odeur aigre flottait dans l’air, et je sentis comme un frôlement furtif. Tout courage m’abandonna. J’avais eu mon lot d’aventures pour ce soir. Laissant à d’autres le soin d’élucider ces mystères, je fis vite demi-tour et faillis avoir un infarctus.

Un petit homme se tenait entre moi et l’entrée de mon appartement.

A suivre…

Publicités

6 responses to “Le Voisin (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :